Liaison des lettres – alphabet arabe – leçon 7

Dan cette 7e leçon pour apprendre l’alphabet arabe, nous allons voir comment lier les lettres arabes afin de comprendre l’écriture arabe. Nous avions vu dans la précédente leçon la présentation des lettres de l’alphabet arabe dans leur forme isolée, c’est-à-dire qu’elles n’étaient pas liées entre elles.

La forme liée des lettres de l’alphabet arabe peut être un sujet difficile à aborder. La raison en est que la lettre peut changer de forme en fonction de:

  • Sa position dans le mot (début, milieu, fin)
  • La lettre arabe concernée (Alif, ba…) . Certaines ont leur proquran règle d’écriture.
  • Les lettres arabes qui ne s’attachent pas – 6 lettres arabes  ne se joignent pas avec celles qui les suivent.

Nous verrons dans le tableau ci-dessous l’ensemble des lettres arabes et leurs différentes formes en fonction de leur position dans le mot. Il convient de s’exercer afin de connaître par cœur chaque lettre arabe et ses formes.

(suite…)

Doublement de lettre – la chedda – alphabet arabe – leçon 6

Après avoir étudié les lettres de l’alphabet arabe, les voyelles courtes, le tanwine, les voyelles longues et l’absence de voyelle appelée soukoune, nous verrons dans cette 6e leçon pour apquranndre l’alphabet arabe, le doublement de la lettre – consonne – c’est-à-dire lorsqu’une lettre arabe portant un soukoune et suivie par une même lettre arabe portant une voyelle:  بْ + بَ.

La règle de la chedda

En arabe, afin de rendre l’écriture et la lecture plus fluides et faciles, nous verrons qu’il existe une fusion de ces deux lettres identiques. Ceci est symbolisé par la chedda qui est le doublement de la lettre arabe.

Nous verrons dans cet article cette particularité de la langue arabe. En français, pour écrire un doublement de lettre, il suffit de juxtaposer deux lettres identiques comme dans le mot: « intellectuelle » où il y a un doublement de la lettre L.

En arabe, cela s’écrira par un symbole proquran ( ّ ) ce symbole s’inscrit uniquement au dessus de la lettre arabe. Généralement placée en dessous de la voyelle courte, dans le cas de la kasra, la chedda s’écrit au dessus de la lettre et la kasra sous  la shedda (et pas en dessous de la lettre arabe).

(suite…)

Absence de voyelle – le soukoune – Alphabet arabe – leçon 5

Dans cette 5e leçon pour apprendre l’arabe,  et après avoir étudié les lettres de l’alphabet arabe, les voyelles courtes, la tanwine et  les voyelles longues nous abordons l’absence de voyelle courte – le soukoune.

Nous avons vu précédemment comment vocaliser avec une voyelle courte (a – ou -i) pour créer un son composé d’une consonne et d’une voyelle:

    • la lettre arabe ba (ب) portant une fatha donne le son BA :

بَ

    • la lettre arabe ba (ب) portant une kasra donne le son BI :


بِ

    • la lettre arabe ba (ب) portant une damma donne le son BOU :

بُ
(suite…)

Les voyelles longues – alphabet arabe – leçon 4

Dans cette 4e leçon pour apquranndre l’alphabet arabe, nous allons voir que la langue arabe comporte des voyelles longues. Nous avons précédemment vu les voyelles courtes et le tanwine.

Les voyelles longues représentent les sons suivants:

AlLIF AL-MADD: son « A » long

WAW  AL-MADD: le son « OU » long

YA AL-MADD: le son « I » long

On constate que les voyelles longues sont en fait les voyelles courtes dont le son est allongé  lors de la prononciation. Les voyelles longues sont formées à partir de trois lettres:  alif, le waw et le ya.

(suite…)

Doubles voyelles de fin de mot -le tanwine – Alphabet arabe – leçon 3

Dans cette deuxième leçon pour apprendre l’arabe, nous rencontrons un deuxième type de voyelles permettant de vocaliser les consonnes. Nous avons vu précédemment les voyelles courtes de l’alphabet arabe. Nous allons voir, à présent, les voyelles de fin de mot, également appelées en arabe  le tanwine.

Les doubles voyelles sont des signes marquant la fin des mots uniquement. Elles sont composées des voyelles courtes auxquelles on ajoute le son « N ». Ainsi la voyelle courte « ou » donne la double voyelle « oune« , la voyelle courte « a » donne la double voyelle « ane » et la voyelle courte « i » donne la double voyelle « ine« .

La double voyelle « oune » s’appelle « dammatan » en arabe :

  ٌ

La double voyelle « ine » se nomme « kasratan » en arabe :

  ـٍ

La double voyelle ‘ane » se nomme « fathatan » en arabe :

  ـًا

(suite…)