Les sept variantes de la lettre Alif – ا – Leçon 19

Centre al-dirassa: langue arabe, Coran et sciences islamiques en ligne

Les sept variantes de la lettre Alif – ا – Leçon 19

Introduction

 

La lettre alif – ا – est particulière car elle peut être récitée de différentes façon. Dans cette nouvelle leçon pour apprendre la lecture du Saint Coran, nous allons étudier les sept variantes de cette lettre Alif – ا.

Ces variantes s’appliquent seulement lorsque la lettre Alif – ا – est la dernière lettre du mot. Elle se distingue par la présence d’un Soukoune écrit. La lettre alif – ا – sera affirmée en tant que prolongation lorsque l’on s’arrête sur le mot terminant par cette lettre tandis que sa prolongation sera ignorée lorsque l’on continue la lecture.

1. La lettre Alif – ا dans le mot أَنا

 

Ce mot est la traduction du “je” en langue française. La lettre Alif du mot أَنَاْ sera toujours ignorée. La raison en est que le lecteur ne doit pas prêter attention à l’individualité de la personne désignée par le pronom mais qu’il doit se focaliser sur Allah le Très Haut, non sur une autre âme, ni sur lui-même. Ainsi, le Alif du mot أَنَاْ n’est jamais récité, que l’on continue la lecture ou bien que l’on s’arrête sur le mot أَنَاْ.

2. Les autres variantes de la lettre Alif – ا

 

Les six alif – ا – suivants sont différents. Ainsi, lorsque le lecteur continue sa récitation, la lettre alif – ا doit être ignorée tandis que s’il s’arrête sur le mot terminant par la lettre Alif – ا – alors il effectue sa prolongation. Cette règle s’applique tant le cas où il s’arrête en milieu ou en fin de verset.

A. La lettre  Alif – ا dans la sourate al Khaf (18:38)

 

لَّـٰكِنَّاْ هُوَ اللَّـهُ رَبِّي

B. La lettre  Alif – ا  dans la sourate Al-Ahzab (33:10)

 

الظُّنُونَاْ

C. La lettre Alif – ا dans la sourate Al-Ahzab (33:66)

 

الرَّسُولَاْ

D. La lettre Alif – ا dans la Sourate Al-Ahzab (33:67)

 

السَّبِيلاْ

E. La lettre Alif – ا dans la sourate Al-Insane (76:16)

 

قَوَارِيرَا۟

F. La lettre Alif – ا dans la sourate al-Insane (76:4)

 

سَلَـٰسِلَا۟

 

Il est permis dans le cas où l’on s’arrêterait sur le mot – سَلَـٰسِلَا۟ de s’arrêter sur la lettre Lam- ل qui prend alors un Soukoune. Ainsi on lira le mot سَلَـٰسِلْ.

Il existe donc deux possibilités en cas d’arrêt sur ce mot :

  • le réciter avec un soukoune sur la lettre Lâm:

سَلَـٰسِلْ

  • le réciter en prolongeant le Alif :

سَلَـٰسِلا

Conclusion

Nous avons appris à réciter la lettre Alif portant un Soukoune dans le Coran. Nous avons vu que d’une manière générale, il sera permis de le prolonger en cas d’arrêt sur le mot terminé par ce Alif tandis qu’il faudra l’ignorer en cas de continuité dans la lecture.

Il convient également de faire attention aux mots أَنَاْ  et سَلَـٰسِلَا۟ qui ont tous deux des règles plus spécifiques de lecture.

La leçon prochaine portera incha Allah sur le symble de la lettre Sin- س qui se trouve parfois au dessus de la lettre Sad – ص.

Vous n êtes pas inscrit à ce cours.