Le hadith est-il une source fiable pour l’historien

Le hadith est-il une source fiable pour l’historien ?

La méthode moderne de critique historique, qui a évolué depuis l’époque de la Renaissance et des Lumières en Europe, a radicalement changé la manière d’évaluer historiquement les sources bibliques dans les universités occidentales. Les histoires des prophètes ont été transformées en mythes religieux et des personnalités historiques ont été étudiées au lieu de leurs homologues mythiques. Ainsi, nous avons aujourd’hui le Moïse historique vis-à-vis du Moïse mythique. Et le Jésus historique vis-à-vis du Jésus mythique. Cependant, dans le monde universitaire islamique, depuis l’époque du prophète Mouhammed ﷺ, il était apparemment clair pour les érudits musulmans que les histoires trouvées dans la Bible, appelées Israʼiliyyat (arabe اسرائیلیات), n’étaient pas historiquement fiables. Ces érudits les ont totalement rejetés ou les ont rapportés dans l’intérêt de leur propre sujet, mais jamais comme une source sérieuse d’histoire. Dans le même temps, les musulmans ont non seulement rejeté ce qui n’était pas fiable, mais ils ont également développé une méthode critique sans précédent pour la vérification du récit historique – appelé ulum al-hadith (sciences du hadith).

 

Ce que nous connaissons de notre Prophète ﷺ et de la plus grande partie de l’histoire de l’Islam ancien est le fruit de cette méthode. Alors que nous croyons en la promesse d’Allah « En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien.» (Sourate al-Hijr 15:9), nous n’y croyons pas comme une question relevant de l’invisible, plutôt, nous pouvons historiquement prouver et montrer comment le Coran et la Sunna ont été préservés. Ainsi, il nous semblerait que la manière dont l’Académie occidentale a critiqué les récits de la Bible, en les transformant pour la plupart en mythes (histoires qui ne peuvent être vérifiées historiquement), ne peut s’appliquer aux sources de l’Islam et aux récits des hadiths qui ont tant en commun avec la même approche critique des savants occidentaux.

 

Cependant, cela serait probablement une surprise pour quiconque lirait les principaux écrits orientalistes sur les premières traditions islamiques, qu’ils aient appliqué la même approche sceptique à la littérature des hadiths et rendu la plus grande partie de l’histoire islamique ancienne (à savoir la Sira du Prophète ﷺ et les périodes des Califes bien guidés) comme un mythe religieux ![1]

 

Cet article analysera pourquoi les érudits occidentaux ont tiré ces conclusions et si l’un de leurs doutes devrait être pris au sérieux par les musulmans en remettant en question l’authenticité historique de la littérature des hadiths. Il sera démontré que la critique occidentale est non seulement sans fondement, mais que nous pouvons affirmer avec assez de confiance que la littérature des hadiths représente la source la plus fiable de l’histoire prémoderne.

 

  

Que dit l’université occidentale de la fiabilité des hadiths ?

      

 

 Les questions de l’authenticité de la littérature des hadiths et de l’historicité des premiers récits islamiques sont probablement les questions les plus débattues dans les cercles actuels des orientalistes. Certains d’entre eux l’ont complètement rejetée et ont même douté de l’existence du Prophète ﷺ (cette théorie a maintenant été rejetée par les orientalistes eux-mêmes) [1], tandis que d’autres l’ont acceptée avec la même confiance pour l’authenticité des ahadith (plur. de hadith) que les musulmans l’ont fait [2].

 

Cependant, la tendance actuelle se compose de ceux qui disent que tous les ahadith devraient être considérés comme faux sauf preuve contraire, et ceux qui disent que tous les ahadith devraient être considérés comme vrais sauf preuve contraire. Discuter de toutes ces écoles prendra beaucoup de temps et n’est pas le but de cet article. Nous discuterons plutôt des prémisses occidentales générales, qui, espérons-le, nous montreront que toute discussion sur leurs méthodes n’est pas nécessaire pour rejeter leurs fausses conclusions.

 

        Tout d’abord, demandons-nous pourquoi et comment les orientalistes ont rejeté la littérature hadith ? Comme les sciences du hadith (ulum al-hadith) ne sont pas des sciences mystiques ou dogmatiques fondées sur la croyance en l’invisible. Nous n’acceptons pas sa validité à cause d’un commandement du Coran ou du Prophète, et n’y croyons pas aveuglément comme les chrétiens croient en l’authenticité mystique de la Bible. Au contraire, notre croyance en elle est basée sur la raison et la logique pures [3] qui, comme mentionné précédemment, sont très similaires à la méthode critique moderne. Ainsi, il serait raisonnable de supposer que la seule façon de critiquer l’authenticité des ahadith passe par le démantèlement de toute la méthodologie ulum al-hadith, ce qui serait censé montrer qu’il n’était pas efficace de filtrer le réel des narrations fabriquées. Cependant, ce n’est pas le cas.

 

 Pourquoi les orientalistes ont rejeté le hadith ?

 

 

La principale raison pour laquelle les orientalistes ont rejeté la méthodologie musulmane traditionnelle de la critique des hadiths était la présence de hadiths anachroniques et fantaisistes qui, selon eux, ne pouvaient pas représenter les faits historiques et sont des fabrications claires créées par les musulmans ultérieurs [4].

 

Par anachronisme, ils désignent clairement les prophéties du Prophète, et par hadiths fantaisistes, ils désignent les miracles accomplis par lui ﷺ. Ainsi, nous voyons que la seule façon de rejeter la méthode traditionnelle de critique des hadiths était de supposer que le Prophète ﷺ n’était qu’un homme et que les miracles sont impossibles. De toute évidence, c’est un tas de préjugés laïcs qui ont guidé les recherches occidentales dans le domaine de l’histoire islamique primitive, et certains orientalistes commencent eux-mêmes à le remarquer [5].

 

 Ainsi, au lieu d’étudier l’ulum al-hadith et de critiquer sa méthodologie, en raison des hypothèses mentionnées ci-dessus, ils l’ont rejeté comme n’étant pas digne d’enquête et ont plutôt créé leurs propres méthodologies de critique des hadiths sans même tenter de supposer la possibilité que le Prophète ﷺ était un véritable prophète et était capable d’accomplir des miracles ou d’avoir des connaissances sur certains des événements futurs. Ici, on pourrait faire valoir en outre que si une conclusion scientifique valide nécessite une recherche valide avec une hypothèse pour qu’une hypothèse soit valide, ce qui prouve qu’elle est vraie ou fausse, alors le rejet de la méthodologie ulum al-hadith dans l’université occidentale n’est pas scientifique !

 

À quel point la littérature du hadith est-elle vraiment authentique?

 

 

Lorsque le premier hadith avec sa chaîne et son explication de la règle d’authenticité (sahih ou daif) atteint quelqu’un qui n’a jamais appris la méthodologie de la critique traditionnelle des hadiths, l’hypothèse principale qui vient probablement à l’esprit est que, comme les gens du début de la période islamique avaient de bonnes mémoires, ils étaient capables de mémoriser des récits, ils vivaient aussi dans de petites communautés, donc, ils se connaissaient très bien et il n’y avait aucune difficulté à différencier un narrateur digne de confiance d’un possible menteur.

 

Ces hypothèses à elles seules sont suffisamment convaincantes pour croire à l’authenticité des hadiths et à la probabilité que des récits peu fiables aient été rejetés tout en étant dignes de confiance. Cependant, l’ulum al-hadith et l’histoire de la collecte des hadiths sont bien plus que cela. En fait, le système par lequel les hadiths ont été préservés pourrait être comparé à un système informatique moderne, qui a le plus haut niveau de protection contre les erreurs.

 

Depuis l’époque des sahaba, un groupe spécifique d’érudits des hadiths a émergé, qui ont consacré toute leur vie à la mémorisation et à la transmission des hadiths. Ces savants étaient supervisés par leurs propres cercles savants et leurs étudiants. Si l’un d’eux avait un mauvais souvenir il était très facile pour les élèves de le retrouver, à une telle précision qu’on connaît aujourd’hui l’heure exacte à laquelle certains des souvenirs des narrateurs sont devenus mauvais [6] !

 

De plus, un érudit n’est pas une personne ordinaire, beaucoup de gens le connaissent, et parfois il devient célèbre dans de très grands domaines. Et sa biographie (sous quels savants a-t-il étudié et ainsi de suite) est facilement enregistrée, ainsi, toute mauvaise action de sa part était perceptible, et la fiabilité d’un savant pouvait être établie ou invalidée sans gros efforts. En même temps, le savant connaissait ses étudiants et leur loyauté. Et tout cela s’est produit alors que les musulmans étaient bien au courant du hadith, dans lequel le messager d’Allah dit : « Quiconque ment délibérément à mon sujet, qu’il prenne sa place en Enfer ». Ce hadith est mutawatir, ce qui signifie qu’il était tellement répandu et connu depuis l’époque des sahaba, qu’il est impossible qu’il soit faux [7]. De plus, dès le début de l’Islam, les savants avaient l’habitude d’écrire leurs hadiths pour eux-mêmes comme support pour leur mémorisation [8].

 

Compte tenu de toutes ces circonstances, au lieu de voir le processus de préservation des hadiths comme un effort humain avec toutes ses limites et ses possibilités d’erreurs, nous devrions plutôt le considérer comme la technologie de la machine savante avec tous les freins et contrepoids pour éviter les fausses narrations. Cela rend les hadiths non seulement une source authentique d’histoire, mais encore plus authentique que toute autre source contemporaine écrite que les historiens utilisent pour la reconstruction de l’histoire. En fait, nous pouvons dire que les hadiths représentent la source la plus fiable de l’histoire prémoderne, et si une biographie d’une personnalité historique peut être reconstituée de manière authentique, alors cette personne doit être le prophète Mouhamed ﷺ.

 

le hadith est une source fiable

 

Certaines des preuves générales de l’authenticité historique des hadiths

 

 

La première chose que l’historien demande à propos de tout événement historique est de savoir si cet événement est possible. Par exemple, si nous lisions un manuscrit de papyrus, qui déclarerait que le calife Omar est entré une fois dans la chambre de son fils et l’a réprimandé pour avoir joué à un jeu vidéo, il serait directement rejeté comme contrefaçon, car il est impossible de jouer à des jeux vidéo. A ce moment-là, appliquons ce principe à la narration orientaliste selon laquelle on ne peut pas faire confiance à la littérature des hadiths car elle n’a été écrite que deux cents ans après les événements qu’ils décrivent et par les musulmans eux-mêmes qui étaient censés avoir un parti pris envers ce qu’ils ont écrit.

 

Selon cette narration, la plupart des hadiths connus ont été forgés à la fin des premiers et deuxièmes siècles de l’hégire. Et, pour faire court, cela signifierait que toutes les différentes sectes et groupes politiques de musulmans, qui avaient déjà des combats et des désaccords après la première fitnah, et couvraient le monde de l’Andalousie à l’Inde, ont décidé de s’entendre sur la plus grande conspiration en l’histoire de l’humanité et a inventé tant d’ahadith, qui sont non seulement devenus une source commune pour leurs écoles de fiqh, mais ont été placés dans une narration traditionnelle de l’histoire islamique qui est presque entièrement acceptée par tous les musulmans malgré leurs différences dans les visions du monde politiques ou sectaires .

 

Si ce récit est vrai et que l’invention d’ahadith fabriqués était une règle plutôt qu’une exception (comme la fabrication a vraiment eu lieu, mais les faux ahadith ont été rejetés par les principaux savants avec l’aide de la méthodologie de l’ulum al-hadith), alors nous aurions dû observer complètement différentes histoires islamiques, des écoles de jurisprudence complètement différentes et des sectes religieuses complètement différentes. Mais la réalité est que même les groupes de musulmans qui se battaient dans les guerres et les débats religieux se sont mis d’accord sur la plupart des événements « fabriqués » ! Une telle conspiration est historiquement impossible [9].

 

 Il est vraiment ironique que les mêmes personnes qui ont créé ce récit soient connues comme des sceptiques, mais apparemment, elles ont complètement oublié d’être sceptiques envers elles-mêmes et ont créé une histoire absurde et même ridicule de falsification d’ahadith.

 

Le deuxième facteur qui indique la fiabilité de la littérature du hadith fait partie de la méthodologie de l’ulum al-hadith elle-même. Lorsqu’il s’agit de la critique des hadiths, et spécifiquement de l’indication de faux (hadith mawdu), l’outil principal pour cela n’est pas seulement la critique de la chaîne, mais la critique de la narration. Pour accuser un savant de fabrication, il faut établir que le narrateur est un menteur, et cela est souvent réalisé par la comparaison des hadiths avec le Coran, d’autres ahadith bien connus, ou le consensus des savants [10].

 

Si le hadith en question contredit les sources bien établies, alors il est reconnu comme une fabrication. Cela indique un noyau fort et monolithique de la littérature des hadiths qui n’accepte pas les contradictions, qui ne peuvent exister que si l’origine en est une source. Fait intéressant, cela s’applique non seulement aux fabrications, mais aussi aux faibles ahadith. Des érudits de haut niveau qui ont beaucoup étudié les hadiths et en ont mémorisé une partie importante attestent qu’ils peuvent généralement ressentir quand le hadith est faible même sans enquête sur sa chaîne. Ceci est similaire à un cas où l’on devient le maître d’un certain auteur littéraire et peut différencier ses œuvres originales et les fausses attributions. Ce type d’indication serait impossible si la littérature hadith était l’œuvre d’un groupe de personnes.

 

Cependant, on pourrait soutenir ici que cela indique seulement qu’un groupe de conspirateurs s’est mis d’accord sur un tas d’ahadith et a rejeté les ahadith d’autres groupes rivaux. Cela signifierait que les chiites créaient des ahadiths chiites et rejetaient tout ce qui soutenait les doctrines sunnites, tandis que les sunnites créaient des ahadiths sunnites et rejetaient tout ce qui contredisait leur doctrine. Par conséquent, aujourd’hui, un érudit sunnite peut sentir quand le hadith est faible ou fabriqué parce qu’il ne correspond tout simplement pas à la doctrine sunnite. Bien que cette explication semble convaincante, elle n’explique pas pourquoi alors tant de hadiths sont acceptés par toutes les sectes islamiques ? Pourquoi le Fiqh des chiites ne contredit pas complètement le Fiqh des sunnites mais est assez similaire ? Pourquoi n’y a-t-il pas de récit sunnite de l’histoire islamique et de récit chiite ou kharijite qui serait complètement différent ? Pourquoi un érudit serait-il d’accord avec une narration inventée d’un autre érudit d’une secte rivale ?

 

Toutes ces questions indiquent le fait que la source de la littérature des hadiths est une, et s’il est vrai que tant d’ahadiths ont été fabriqués, les savants qui ont adhéré à la source primaire n’ont eu aucun problème à filtrer ces ahadiths avec une méthode scientifique de critique des hadiths.

 

 

Conclusion

 

 

Lorsque l’un des principaux orientalistes Bernard Lewis a été consulté avant l’invasion de l’Irak, il a écrit que « Soit nous leur apportons la liberté, soit ils nous détruisent » [11]. Cette déclaration à elle seule devrait soulever un grand point d’interrogation pour nous lorsque nous traitons de tout ce que les orientalistes disent, car l’implication de la question de la fiabilité des hadiths dans les universités occidentales n’est pas sans conséquences graves.

 

Si ce n’est pas authentique et que toute l’histoire islamique primitive n’est qu’un mythe religieux, alors la colonisation et l’application des valeurs occidentales aux pays musulmans deviennent une libération des personnes sans instruction et superstitieuses qui suivent une religion artificielle avec qui fait la loi et qui doit être changée parce que l’homme a besoin de faire des progrès. Ce qui serait la destruction d’une grande civilisation bâtie sur les enseignements du Prophète ﷺ devient soudain un acte moral de libération du mensonge et de l’arriération.

 

Ainsi, dans cet article, il a été montré que les orientalistes non seulement n’ont pas réussi à réfuter la méthodologie de l’ulum al-hadith, mais qu’ils n’ont même pas essayé de le faire. Au contraire, ils ont créé leurs propres méthodologies spéculatives avec diverses conclusions sur la fiabilité des hadiths. Avant d’essayer de traiter scientifiquement la méthode musulmane traditionnelle, aucune de leurs conclusions ne devrait être considérée comme une tentative scientifique sérieuse, mais devrait être considérée avec prudence et un grand scepticisme en raison du besoin impérialiste des mêmes conclusions que ces « savants » fabriquent. De plus, il a été montré que ce sont leurs conclusions qui sont mythiques et historiquement impossibles, et qu’il n’y a pas seulement une bonne raison de faire confiance à l’authenticité de la littérature des hadiths, mais qu’on peut affirmer avec confiance, qu’elle est plus authentique que n’importe quel autre source de l’histoire prémoderne.

 

Cette article est miantenant terminé. Pour plus d’informations, contactez le centre al-dirassa qui vous proposera le meilleur programme pour apprendre l’arabe, le Coran et l’Islam.

 


Réferences de l’article

 

[1] Jane Dammen McAuliffe, The Cambridge Companion To The Qurʼān (Cambridge: Cambridge University Press, 2006), p. 100.

[2] Nabia Abbott, Studies In Arabic Literary Papyri II (Chicago: The University of Chicago Press, 1967), p. 2.

[3] محمد أبو الليث الخير آبادي، علوم الحديث أصيلها ومعاصرها،  (دار الشاكر: ط6، 1432ه/2011م)، ص17.

[4] Fred M. Donner, Narratives Of Islamic Origins (Princeton: The Darwin Press, 1998), p. 9.

[5] A. F. L. Beeston et al., Arabic Literature To The End Of The Umayyad Period (Cambridge: Cambridge University Press, 1983), p. 321.

[6]  محمد أبو الليث الخير آبادي، علوم الحديث أصيلها ومعاصرها،  (دار الشاكر: ط6، 1432ه/2011م)، ص251.

[7] Ibid, p. 146.

[8] Ibid, p. 58.

[9] J. A. C. Brown, « Encyclopedia Of Canonical Hadith * BY G. H. A. JUYNBOLL », Journal Of Islamic Studies 19, no. 3 (2008): 391-397, doi:10.1093/jis/etn054.

[10] محمد أبو الليث الخير آبادي، علوم الحديث أصيلها ومعاصرها،  (دار الشاكر: ط6، 1432ه/2011م)، ص218-219.

[11] Douglas Martin, « Bernard Lewis, Influential Scholar Of Islam, Is Dead At 101 », Nytimes.Com, 2018, https://www.nytimes.com/2018/05/21/obituaries/bernard-lewis-islam-scholar-dies.html.

 

Réservez votre cours d’essai gratuit

 

Vous voulez enfin savoir lire le Coran, discuter en arabe avec vos enfants, et étudier l’islam sans passer par la traduction.

 

30 minutes gratuites offertes avec ton professeur égyptien diplômé.

 
 

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.