Skip to content

Abou Bakr As-Siddiq : un Raisonnement et un Intellect hors du commun

Il est rapporté par Abu Ad-Darda, qu’une fois une dispute se produisit entre Abou Bakr et Omar, dans laquelle Abou Bakr comprit qu’il avait tort et demanda pardon à Omar. Cependant ce dernier ne répondit pas à sa demande car il était dans un état de colère. Plus tard, Omar comprit qu’il avait mal agi en refusant de pardonner à Abou Bakr, et est venu voir le Prophète auprès de qui Abou Bakr était assis.

 

Abou Bakr remarqua que le Prophète était devenu très en colère, alors il lui expliqua que c’était lui qui avait tort dans la querelle et non Omar, mais le Prophète ﷺ dit : « Allah m’a envoyé vers vous (les gens) mais vous avez dit : ‘ tu ne dis que des mensonges’, tandis qu’Abou Bakr a dit, ‘Il dit la vérité’, et m’a consolé par sa propose personne et ma soutenu avec son argent. » Puis il ﷺ dit deux fois : « Alors, ne renonceras-tu pas à faire du mal à mon compagnon ? [1].

 

Cette narration est la preuve la plus explicite de la position élevée d’Abou Bakr auprès du Prophète. Il aimait tellement Abou Bakr que même l’incapacité de lui pardonner directement était quelque chose de blâmable. Aussi, il ﷺ a appelé Abou Bakr comme « mon compagnon », ce qui exprime une proximité extrême et particulière entre lui et le Prophète ﷺ. En effet, il était le compagnon et l’ami le plus aimé. Et, comme l’ont dit les savants de l’Islam, il est le meilleur des humains après les prophètes qui aient jamais marché sur la Terre.

 

Mais qu’est-ce qui fait de lui une personne si extraordinaire ? Pourquoi a-t-il le titre si honorable d’As-Siddiq (Le Vrai) ? Dans cet article, nous discuterons de son trait qui l’a fait se démarquer du reste des compagnons. Une fonctionnalité qui, dans le monde d’aujourd’hui, est plus que jamais nécessaire.

 

 

Pourquoi Abou Bakr est connu sous le nom d’As-Siddiq ?

 

Probablement tous les musulmans ont entendu l’histoire du voyage nocturne, également connu sous le nom d’Isra et de Miraj, lorsque le Prophète ﷺ  voyagea de La Mecque à Jérusalem et monta au ciel d’où il s’adressa directement à Allah, le tout en une nuit !

 

Quand Il ﷺ revint à La Mecque et que les polythéistes apprirent la nouvelle, ils se moquèrent de lui ﷺ. Pendant ce temps, certains croyants commencèrent à douter de sa véracité, et d’autres le rejetèrent complètement, car à leurs yeux une histoire aussi étonnante ne pouvait pas être la vérité.

 

Abou Bakr le compagnon véridiqueÀ ce moment de moquerie, d’embarras et de confusion, les gens allèrent voir Abou Bakr et lui demandèrent s’il croyait en cela. Étonnamment, la préoccupation d’Abou Bakr n’était pas de savoir comment rationaliser un événement aussi incroyable. Il n’essaya pas d’expliquer comment cela a pu se produire. Au contraire, demanda-t-il, « le Prophète ﷺ a-t-il dit cela ? » Après une réponse affirmative, il dit que tout ce qu’Il ﷺ dit doit être la vérité.

 

Les gens s’étonnèrent de sa réponse et lui demandèrent à plusieurs reprises « Crois-tu qu’il ﷺ soit allé de nuit à la maison sacrée et qu’Il est revenu avant le matin ? ». Il leur a dit qu’il croyait en quelque chose de plus grand, le fait qu’Il ﷺ reçoive la révélation du ciel ! Après cet événement, Abou Bakr  devînt connu sous le nom d’As-Siddiq, le Véridique. Effet,  il était celui qui a explicitement et ouvertement admis la vérité du Prophète ﷺ alors que tant de personnes ont douté de lui. [2]

 

Le hadith qui a été mentionné en premier, lorsque le Prophète ﷺ a réprimandé Omar pour ne pas avoir pardonné à Abou Bakr directement, mentionne exactement la même histoire : « la vérité ».

 

Cela nous montre l’intellect extraordinaire d’Abou Bakr, qui a été capable de rationaliser une vérité apparemment irrationnelle. Lorsqu’une nouvelle incroyable lui arriva, des nouvelles apparemment impossibles à être vraies, il vit qu’en fait elles étaient très rationnelles et très possibles. Si le Prophète ﷺ reçoit des messages d’Allah, qui est Tout-Puissant, alors pour Lui faire l’lsra et le Miraj en une nuit doit être très facile, il est donc tout à fait rationnel de croire à de telles nouvelles.

 

En raison de ses capacités intellectuelles, il est non seulement connu sous le nom d’As-Siddiq, mais le Prophète ﷺ s’est souvenu de lui comme « le compagnon », qui a confirmé sa véracité alors que d’autres l’ont rejetée. Cependant, ce n’était pas le seul cas qui nous démontre l’intellect d’Abou Bakr. Ainsi, sa biographie a d’autres exemples similaires, ce qui révèle que ce type de pensée n’était pas une exception, mais une partie de sa noble vie.

 

 

Abu Bakr et le traité de Houdaybiyyah

 

 

Le traité de Houdaybiyyah qui a été signé entre les musulmans et les polythéistes de La Mecque. Il comportait de nombreuses clauses qui semblaient humiliantes pour les musulmans et ne traitaient pas les deux signataires du traité de manière égale. Beaucoup de compagnons n’ont pu comprendre, pourquoi un tel traité devrait être signé, et la rationalité de l’accord humiliant. Cependant, Abou Bakr s’est à nouveau tenu à la vérité et a accepté le commandement du Prophète ﷺ sans aucun questionnement.

 

Après la signature du traité, Omar est venu voir Abou Bakr et lui demanda : « N’est-il pas le Messager d’Allah ? Abu Bakr a répondu: « Oui. » Umar a dit : « Ne sommes-nous pas musulmans ? Abou Bakr a répondu: « Oui. » Omar demanda à nouveau, « Et ne sont-ils pas polythéistes? » Abou Bakr a dit, « Oui (ils sont polythéistes). » Omar a dit : « Alors pourquoi acceptons-nous d’être humiliés dans notre religion ? ».

 

Cela semblerait être une réponse rationnelle d’un homme rationnel de poser une telle question.  Cependant, il était clair pour Abou Bakr, qu’en fait, rechercher une explication rationnelle à l’accord qui a été fait par le Prophète ﷺ, qui reçoit une révélation d’Allah Omniscient, est irrationnel. Ainsi, il a dit à Omar de « Se conformer à l’ordre du Prophète. Car j’atteste qu’il est en effet le Messager d’Allah et que la vérité est ce qu’il commande. Et Il ﷺ n’agira jamais contrairement à l’ordre d’Allah, et Allah ne le négligera pas. . «  [3]

 

Subhan Allah, même à l’époque, où l’Islam devenait fort, et tandis que beaucoup de compagnons avaient atteint le plus haut niveau d’Imane (foi), certains étaient encore incapables de rationaliser les actions faites par le Prophète ﷺ, Abou Bakr était convaincu que le choix du Prophète ﷺ  était raisonnable et a su convaincre les autres.

 

 

Principes de logique dans la pensée d’Abou Bakr

 

 

Si A est impossible et que B prétend exécuter A, alors B doit mentir pour sa demande. Ainsi, si voyager de La Mecque à Jérusalem en une nuit est impossible et que le Prophète ﷺ prétend accomplir cette tâche, alors il s’ensuit que le Prophète ﷺ est menteur.

 

Ce type de raisonnement semble valable et droit au premier abord, ainsi les polythéistes de La Mecque ont pu se moquer de lui ﷺ, et les croyants se sont mis à douter, voire à le rejeter. Cependant, pour Abou Bakr, il était clair qu’un tel raisonnement était faux et invalide. Pourquoi? Parce que si quelque chose est impossible pour certains ou même pour tous, cela ne veut pas dire que c’est impossible en général, dans n’importe quelles conditions.

 

Abou Bakr le véridique

Ainsi, s’il existe une preuve suffisante, que B est dans des conditions spéciales, et est soutenu par un pouvoir spécial, qui ne soutient personne d’autre, alors ce qui est impossible pour les autres devient possible pour B. C’est similaire à un homme qui soulève en développé couché 200 kg. Ce serait impossible pour un homme ou une femme normale, donc si B prétendait l’accomplir, cela signifierait que B est menteur. Cependant, nous savons que certaines personnes sont capables d’entraîner leur corps, ce qui leur crée une condition et une puissance spéciales, et par conséquent, elles sont capables de soulever 200 kg en développé couché.

 

Il était clair pour Abou Bakr, que la question en question n’était pas, s’il est possible d’effectuer l’Isra et le Miraj en une nuit, uniquement si les conditions spéciales du Prophète ﷺ sont remplies. S’il est un vrai prophète, alors l’Isra et le Miraj sont possibles, mais s’il n’est pas un vrai prophète, alors c’est impossible. Ainsi, l’affirmation d’accomplir le miracle n’est pas du tout pertinente à la question de la véracité, et dire que « oh il prétend accomplir l’impossible, et donc il est menteur » est un raisonnement fallacieux et invalide.

 

De même, nous pouvons examiner l’exemple de Houdaybiyyah. Si A est illogique et que B a exécuté A, alors B a pris une décision illogique et doit être corrigée. Si le traité de Houdaybiyyah est illogique et que le Prophète l’a signé, alors il ﷺ a effectué une action illogique et doit être corrigé ou non suivi dans ce cas.

 

Beaucoup de musulmans ce jour-là ont suivi ce type de raisonnement, qui semble valable. Cependant, ils ont manqué le point, que ce qui est illogique pour une personne, peut avoir du sens pour une autre, qui a plus de connaissances. Par exemple, il peut sembler illogique pour un chirurgien de couper l’estomac d’un patient qui est déjà malade, mais comme le chirurgien sait que ce n’est qu’après cette coupure qu’il peut guérir la maladie, alors son action est tout à fait logique et rationnelle, même si ça n’a pas l’air comme ça pour les autres.

 

Abou Bakr a vu que c’était le cas, et au lieu de cela, il a pensé que si A est illogique, mais que B l’a exécuté, et que B a plus de connaissances et est soutenu par Allah qui est Omniscient, alors A doit être logique et rationnel , et nous devons suivre B dans sa décision. Ce type de raisonnement est le bon, tandis que le premier est fallacieux et invalide.

 

 

Application de ces principes dans l’histoire et aujourd’hui

 

 

À l’époque des Abbassides au IXe siècle, une lutte intellectuelle s’est produite entre les Mu’tazila (également connus sous le nom de rationalistes) et les écoles de pensée traditionalistes. Le premier suggérait la préséance de Aql (raisonnement ou intellect) sur Naql (écriture), tandis que le second disait que Naql avait la préséance sur Aql, car l’Aql de l’humain est toujours déficient.

 

Cependant, si nous prenons l’exemple du raisonnement d’Abou Bakr, il devient clair que l’Aql des rationalistes n’est pas valide, mais fallacieux, alors que ce sont les traditionalistes qui ont suivi l’Aql sain et valide, donc les vrais rationalistes sont les traditionalistes.

 

Abou Bakr ne suivait pas aveuglément le Prophète  . Il vit en lui tous les signes de la prophétie et de la véracité. Ainsi, accepter ses commandements et paroles tels qu’ils étaient, était le seul moyen rationnel, car il est impossible pour un vrai prophète de mentir. D’un autre côté, douter qu’un vrai prophète, qui a l’aide d’Allah, soit incapable de faire plus que les gens ordinaires, c’est penser de manière irrationnelle et illogique.

 

Aujourd’hui, nous pouvons trouver beaucoup de soi-disant savants musulmans, qui essaient de rendre l’Islam « plus rationnel » et de réinterpréter métaphoriquement les miracles du Prophète . Ils peuvent dire que l’Isra et le Miraj se sont produits dans un rêve, ou que c’était l’âme du Prophète ﷺ qui a voyagé. Cependant, ils ne font que le rendre plus irrationnel, car ils prétendent qu’il y avait un prophète ﷺ, qui était soutenu par Allah, le Tout-Puissant, mais ne pouvait pas faire plus qu’un homme ordinaire !

 

De plus, il peut y avoir certains des commandements que le Prophète a donnés, qui peuvent sembler illogiques pour nous, et donc ces « musulmans rationnels » les rejetteraient très rapidement. Cependant, si nous croyons que le Prophète était un vrai prophète, alors nous devons aussi croire qu’il avait le soutien d’Allah, l’Omniscient, et donc, tout ce qu’il a commandé, doit être logique et rationnel, même si ce n’est pas le cas. ça n’apparaît pas comme ça pour nous.

 

Nous pouvons conclure que suivre le Naql, c’est utiliser correctement le Aql. Être traditionaliste, c’est être un vrai rationaliste, tout comme l’était Abou Bakr. C’est le raisonnement d’Abou Bakr qui a fait de lui le meilleur des compagnons, et le meilleur des humains après les prophètes.

 

C’est lui qui a appliqué un raisonnement valable, quand d’autres sont tombés dans des erreurs et des arguments erronés. On se souvient de lui comme d’As-Siddiq, pour aucune autre cause que son intellect extraordinaire, qui lui a permis d’accepter la vérité, au moment où d’autres l’ont rejetée.

 

En effet, cela prouve la position élevée du raisonnement valable dans l’Islam, qui a élevé Abou Bakr au niveau des plus grands êtres humains. Nous pouvons voir à partir de là, que l’Islam est venu non pour abolir la libre pensée, et non pour restreindre les capacités intellectuelles, mais pour les guider dans la bonne direction. Malheureusement, tant de musulmans ne sont pas capables de le comprendre et prient pour le mauvais raisonnement. Ensuite, heureusement, des personnes comme Abou Bakr As-Siddiq allument une torche de guidance et nous montrent le chemin de la vérité.

 

En savoir plus: Mohammed le sceau des Prophètes

 

Cette article est maintenant terminé. Pour plus d’informations, contactez le centre al-dirassa qui vous proposera le meilleur programme pour apprendre à réciter et mémoriser le Coran.


Les références

[1] Sahih al-Bukhari 3661.

[2] اكر اكر الحرستاني امة، التاريخ الإسلامي، (المكتب الإسلامي: ط8، 1421ه/2000م)، ج2، ص121.

[3] Ali Muhammad As-Sallaaby et Faisal Shafeeq, La biographie d’Abu Bakr As-Siddeeq, 1ère éd. (Darussalam, 2021), p.130.

Réservez votre cours d’essai gratuit

 

Vous voulez enfin savoir lire le Coran, discuter en arabe avec vos enfants, et étudier l’islam sans passer par la traduction.

 

30 minutes gratuites offertes avec ton professeur égyptien diplômé.

 
 

L'ARABE POUR LES DEBUTANTS

VOTRE E-BOOK GRATUIT

ebook-arabic-for-beginners.png

E-book gratuit offert par l’Institut Al-dirassa pour apprendre la langue Arabe

OÙ POUVONS-NOUS VOUS ENVOYER VOTRE EBOOK GRATUIT ?

L'ARABE POUR LES DEBUTANTS

VOTRE E-BOOK GRATUIT

ebook-arabic-for-beginners.png

E-book gratuit offert par l’Institut Al-dirassa pour apprendre la langue Arabe

OÙ POUVONS-NOUS VOUS ENVOYER VOTRE EBOOK GRATUIT ?